Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Cancun : vers une autre victoire des multinationales pharmaceutiques ?

"La globalisation néolibérale produit la mort et, dans le cas de l’accès aux médicaments, elle la produit dans un sens dramatiquement littéral. Dans le monde, il y a presque 40 millions de personnes séropositives qui n’ont aucun accès aux médicaments à cause des normes sur les droits de propriété intellectuelle (ou TRIPS = Trade-Related Intellectual Property Rights) établies par le Wto (Organisation mondiale du Commerce) et, chaque jour, pour la défense du profit, il y a 600 décès dus au SIDA rien qu’en Afrique du Sud.

 

La problématique de l’accès aux médicaments se repropose comme prioritaire au mouvement face aux deux rendez-vous de Riva del Garda et de Cancun. Une fois encore, les mouvements sont appelés à une alliance avec le Sud du Monde en un engagement de justice et de solidarité. La question, par ailleurs, ne se limite pas au SIDA. Les mots d’ordre qui sont en train de voyager sur la Toile entre les associations qui travaillent sur le SIDA et sur le droit à la santé sont « Save the Doha Declaration ». En effet, la « Déclaration sur les accords TRIPS et la santé publique » émergée du sommet du Wto de Doha en novembre 2001 était claire : « Rien, à l’intérieur de l’accord TRIPS, ne devra empêcher aux propres membres d’assumer des mesures destinées à protéger la santé publique ». A Doha il semblait qu’on avait réaffirmé le droit pour les pays les plus pauvres de mettre en acte au moins une des « clauses de sauvegarde » qui sont prévues justement par l’accord TRIPS du Wto : la possibilité, en cas d’urgence sanitaire, de produire des médicaments génériques en chevauchant les brevets. Même à Doha, cependant, la possibilité d’importer les médicaments génériques d’autres pays pour les états en situation d’urgence sanitaire qui ne sont pas en mesure de produire les médicaments à cause de leur maigres capacités industrielles restait irrésolue. Le cartel compact entre les entreprises pharmaceutiques et le gouvernement des Etats-Unis a, en fait, bloqué les négociations.

Hier encore, à Genève, le Conseil du Wto sur les TRIPS, a reproposé une bataille diplomatique qui se fait sur la peau de millions de personnes. Le débat, pendant des mois, s’est arrêté sur des questions comme celle de la définition de l’expression « urgence sanitaire ». L’hypothèse de l’exportation de médicaments génériques fait peur aux multinationales pharmaceutiques, qui y voient un risque d’expansion des ventes dans les pays occidentaux des médicaments dont le coût est bas, et qui couvrent 85 % du marché. En effet, tôt ou tard, l’opinion publique occidentale se demandera pourquoi nos Services Sanitaires nationaux doivent acheter les médicaments à des prix 20 ou 30 fois supérieurs aux coûts de production.

 

Comme Doha, donc, même Cancun risque d’être seulement le lieu d’une nouvelle affaire de l’image. Mais, au fond, la demande importante ne peut être qu’une autre : il est inadmissible que ce soit le Wto, c’est-à-dire l’Organisation Mondiale du Commerce, qui établisse les politiques de santé. Il est nécessaire qu’une telle compétence soit de nouveau confiée à l’Organisation Mondiale de la Santé et aux autres Institutions qui travaillent pour la tutelle de la santé. Donc, la requête des organisations pour la lutte contre le SIDA rejoint étroitement les requêtes similaires avancées avec force par ceux qui s’occupent de l’instruction, de l’agriculture et de l’environnement : les droits universels ne doivent pas être soumises aux lois du profit."

Signé : Vittorio Agnoletto (médecin, porte-parole du Genoa Social Forum)

Lu sur Il Manifesto, traduction de litalien ImpasseSud

 

Ecrit par ImpasseSud, le Samedi 30 Août 2003, 14:50 dans la rubrique "Actualité".

Commentaires et Mises à jour :

ImpasseSud
30-08-03 à 15:30

Accord rejoint

Après 24 heures de blocage dans les négociations, un accord a été rejoint ce matin à Genève :

 

l’Organisation mondiale du Commerce (Wto) a approuvé le document qui facilite l’accès aux médicaments pour les pays pauvres sans industrie pharmaceutique en cas de « situations d’urgence nationales et autres conditions d’extrême urgence ». De cette manière la « Déclaration de Doha » qui a établie la priorité de la santé sur la propriété intellectuelle, pourra être appliquée : « Il s’agit d’un accord historique pour l’OMC »  a déclaré le directeur général de l’organisation qui comprend 146 pays.

(Sources : Il Corriere della Sera)


 
dirkdiggler
01-09-03 à 08:46

Re: Accord rejoint

Enfin une bonne nouvelle...
Par contre c'est vrai que je ne comprend toujours pas pourquoi l'OMC se charge de ce problème. Comme quoi les médocs ce n'est pas du domaine de la santé mais bel et bien du commerce!!! C'est dingue.
Avec 30 millions de séropositifs l'Afrique est vraiment le continent oublié de cette histoire alors que les industries pharmaceutiques américaines testent ses traitements sur des "cobayes" africains et une fois les tests concluants, on leur dit, merci mais vous n'êtes pas solvables...

 
ImpasseSud
01-09-03 à 13:47

Mais il s'agit d'un marché de dupe!

Cet accord est violemment dénoncé par Médecins sans frontières et l'ONG Oxfam :

«L'accord implique tellement de paperasserie qu'il en devient largement impraticable. Dans la pratique, la plupart des pays pauvres finiront par payer le prix fort pour des médicaments sous brevet ou, plus probablement, se débrouilleront sans.»

Voir l'article paru aujourd'hui sur Libération "OMC, génériques sur stricte ordonnance"
Maintenant on comprend pourquoi l'industrie pharmaceutique l'a défini "équilibré"!