Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Entre discussion et polémique

La Tour de Babel, chronique de Manasse, XIV siècle.Je suis d’une curiosité insatiable et j’adore les échanges de points de vue. Bien loin de rechercher à avoir raison ou tort, j’aime faire des comparaisons, décortiquer le pourquoi de certaines situations, afin d’essayer de découvrir quelles sont les « bonnes » raisons qui déterminent ou encouragent certains comportements. Mais ce n’est pas très facile car chacun de nous vit dans une bulle plus ou moins grosse, qui va de sa famille et de son milieu au cadre de ses études ou à son lieu de travail, à la ville ou au village où il habite, au pays qui lui a insufflé depuis sa plus tendre enfance une certaine façon de penser bien spécifique. Sur ces faibles bases chacun de nous est sûr de soi, sûr de son bon droit, sûr de l’universalité et de l’excellence de ses propres croyances et principes. Quelle présomption ! Il suffit d’habiter pendant un certain temps à l’étranger pour s’en rendre compte. Et je dis bien « habiter », car la presque totalité des gens qui voyagent le font avec un « filtre » qui ne permet les comparaisons qu’à sens unique ou avec la bienveillance d’un esprit en vacances.

 

Si bien que tous les jours, on peut lire ou entendre ce genre de réflexion : "nous avons le meilleur des  permis de conduire, notre type d'enseignement est le meilleur, notre législation est la meilleure, notre type de culture est le meilleur, notre religion est la meilleure, notre système est le meilleur, nos habitudes sont les meilleures, notre nourriture est la plus saine, etc…"  Le meilleur par rapport à quoi, par rapport à quel critère « absolu »? Il ne fait aucun doute qu’un pays peut être plus avancé qu'un autre dans certains domaines, mais il se peut également que le domaine en question n'ait aucun intérêt pour un autre pays. En fait, tout dépend de l’importance que chaque pays accorde à tel ou tel besoin ou à telle ou telle notion. Par exemple, les Suisses sont jaloux de leur bon sens et pour eux la correction et l’exactitude sont importants ; pour les Italiens qui aujourd’hui encore sont attachés à l’Italie des communes de la Renaissance, ce qui compte, c’est l’élégance, la cuisine de leur propre région, la culture classique et une satire mordante ; les Français s’organisent, jugent et pensent comme s’ils étaient toujours les seuls détenteurs des valeurs de la déclaration des Droits de l’homme issue de la Révolution de 1789 ; les Hollandais, sont imprégnés par une mentalité de pirate et repensent toutes les situations avant de les adopter, etc… Et pourquoi ? Sans doute parce que la Suisse est faite de hautes montagnes qui ne lui permettent pas de laisser les choses au hasard, parce que l’Italie est disparate donc fantaisiste, pauvre en ressources mais avec de solides racines, parce que la France a une terre riche qui lui a toujours permis de se suffire à elle-même, parce que la Hollande lutte depuis des siècles contre la mer et qu’elle a accueilli les huguenots en fuite. Chacun de nous hérite toutes les empreintes laissées par la communauté dont il est issu, et il les imprime à son tour sur tout ce qu’il fait et sur tout ce qu’il pense. Et il en est de même  pour tous les pays du monde. Alors, où est le critère de véritable supériorité dans tout ça ?

 

J’ai habité dans quatre pays différents, et il n’y a rien de tel pour vous apprendre un peu d’humilité car dès que vous ouvrez la bouche pour exprimer un de vos principes « universels  et infaillibles », on a vite fait de vous remettre à votre place. Alors on apprend très vite à redimensionner ses propres jugements avec moins d’intransigeance et plus de bon sens. Cette expérience n’a fait qu’accroître le goût pour les échanges qui m’a toujours passionné. Et comme tout le monde aime faire partager ses propres expériences (sans jamais y réussir ?), quoi de mieux qu’Internet pour se confronter avec les autres ? Mais ça ne marche pas. Sur Internet on peut lire ce que les autres pensent jusqu’à se brouiller la vue, mais il est difficile de communiquer, de bousculer ou ne serait-ce que remettre en question des certitudes. Même ceux qui semblent rechercher une discussion (appel de commentaires) ne les aiment pas. « Mais comment ?! » dira-t-on, « avec tous les forums et les blogs qui sont nés spontanément » ? Et je répondrai que maintenant on n’y discute plus vraiment, avec des arguments à l'appui : on se déclare tout simplement d’accord ou bien on y fait de la véritable « polémique ».

 

Et pourtant le Larousse donne bien trois nuances au mot « discussion » : 1) examen, débat contradictoire ; 2)  échanges de propos, d’idées ; conversation ; 3) échanges de propos vifs. Mais à l’ère des forums et des talk-shows, où les tons sont toujours trop hauts et les débats trop vifs, quand on n’en arrive pas aux insultes ou aux mains, il ne reste plus que la troisième définition, les deux autres étant obsolètes. A tel point que le moindre avis est désormais défini par le mot « polémique » (du grec polemikos, relatif à la guerre). Et on a l'impression qu'il est malséant ou inutile d’exprimer un avis ou un point de vue contraire, en bonne amitié, sur le simple ton des deux premières définitions, car ils seront perçus en terme de « polémique ». Alors on s'abstient, on préfère encore rester sur son quant-à-soi, dans son petit groupe où tout le monde pense pareil et où on se sent protégé. Et tout reste comme avant Internet, chacun avec ses propres certitudes.

 

C'est dommage, car certains sujets de discussion sont parfois vraiment intéressants. La globalisation de la pensée, hélas, est encore bien virtuelle. Mais il faut peut-être lui donner le temps de s'installer dans les mentalités.

Ecrit par ImpasseSud, le Mardi 2 Mars 2004, 14:47 dans la rubrique "Actualité".

Commentaires et Mises à jour :

Hylst
02-03-04 à 15:24

Coversation, dialogue et répartié, humilité, curiosité

Tout juste posté, je n'ai fait que survoler cet article, mais j'y reviendrai.

 
tgtg
02-03-04 à 17:50

Re:

l'écrit dans les commentaires risque parfois d'être mal compris , de créer des incompréhensions. , d'être mal interprété et de se terminer de manière désagréable si tout n'est pas exprimé assez clairement!


Il est parfois plus "simple" de discuter autour d'une "vraie" table!
L'intonation , les regards , les sourires , les interruptions...ponctuent des discussions ...et cela me paraît important aussi!

...
et je ponctue mon commentaire par un sourire
:-)

 
ImpasseSud
02-03-04 à 18:55

Re: Re:

Tgtg, c'est très vrai. Mais les interlocuteurs que tu rencontres face à face, ceux que tu retrouves autour d'une vraie table sans changer de pays sont souvent de la même sphère que la tienne, donc les idées évoluent toutes dans la même direction.

Mais, par exemple, - et là je vais me référer à ma famille, donc à des gens que je connais bien, - au fur et à mesure que mes séjours à l'étranger s'allongeaient et que ma façon de penser commençait à se modifier, j'avais de plus en plus de mal à me faire comprendre, car dans toutes les discussions génériques, et même avec ceux dont le niveau d'instruction était le plus élevé, ils ramenaient tout aux critères de valeur français, sans faire le moindre effort, si ce n'est pour essayer de comprendre, tout du moins pour accepter un mode de penser différent du leur. Si bien que peu à peu j'ai cessé d'aborder certains sujets. En fait, l'étranger n'est pas leur affaire, mais sur Internet, tous ceux qui naviguent et qui écrivent savent qu'ils entrent sur un terrain planétaire, donc, en théorie, ils devraient être plus ouverts..... Tout le monde n'est pas partisan des émoticons.... Moi je les trouve d'un grand secours! :-)

A propos, à ton point de vue, quels sont les traits qui, selon toi, caractérisent les Belges. :-)))


 
tgtg
02-03-04 à 19:24

Re: Re: Re: justement...

Je n'aime pas mettre des étiquettes sur les gens selon leur pays.

Je trouve dangereux de penser que parce qu'on est écossais , par exemple , alors on est avare (je caricature bien sûr)!

Ceci étant dit , certaines "cultures" n'ont pas nécessairement la même manière de "raisonner" , de penser et de réagir dans la vie et devant les événements, que d'autres "cultures".

Tout dépend de leur histoire et de leur vécu.(comme je l'avais montré de manière naïve avec le test de la jeune et de la vieille dame :-)

J'ai fait également allusion au Q.I et au Q.E.

Tout le monde sait bien que le Q.I. ne signifie pas grand chose pour les citoyens du monde que je voudrais que nous soyons!!!!



 
tgtg
02-03-04 à 20:05

Re: Re: Re: Re: justement...

en me déplaçant au hasard , je trouve une note sur

"Définitions de la culture"
ici:http://www.blog-art.com/delphinebaillergeau/note/412c8fad854debc7

:o)

 
ImpasseSud
02-03-04 à 20:43

Re: Re: Re: Re: Re: justement...

Je pense que tu n'as pas bien compris ma question, ou bien était-elle trop générique? Je ne me référais pas aux travers les plus galvaudés des Belges. Il ne s'agissait en aucun cas d'émettre un jugement, une critique, ou de faire une généralisation, mais de cerner la ou les caractéristiques communes que les Belges ont acquis suite à leur contexte géographique et à leur histoire, ce qui pour eux est absolument essentiel et important, tout comme les membres d'une même famille acquièrent des caractéristiques communes, même si leurs caractères sont différents. Il suffit d'habiter près d'une frontière pour se rendre compte des différences de comportement entre des personnes qui habitent à 100 mètres les uns des autres, mais dans deux pays différents. Leur accent, leurs habitudes, leurs critères d'importance sont différents, et cela se produit exclusivement parce qu'ils sont englobés malgré eux dans le contexte des institutions et des nécessités de leur propre pays. L'école, par exemple, n'a-t-elle pas une empreinte décisive sur tous les habitants, quelles que soient leur origine ou extraction sociale?

Mais ça n'a aucune importance, et ton raisonnement est lui aussi parfaitement juste :-). Je vais jeter un coup d'oeil sur le site que tu me proposes. :-)


 
ImpasseSud
03-03-04 à 07:22

Re: Re: Re: Re: Re: Re: justement...

J'ai lu le lien en question. Il va exactement dans le même sens que ce que je dis, c'est-à-dire que s'il existe effectivement des cultures à différents niveaux, sociales, régionales, religieuses ou autres, il existe également une culture nationale qui se caractérise pas un mode de pensée bien spécifique et qui lui est propre, et qui englobe tous les sous-groupes, sociaux, régionaux, religieux, etc... S'il est difficile de le percevoir, de le définir, de le cerner vu de l'intérieur parce que la communauté de pensée est un critère invisible dû au fait qu'il est considéré comme une "normalité", je peux t'assurer que vue de l'extérieur il est plus qu'évident et qu'il saute immédiatement aux yeux et aux oreilles, et pas seulement à cause de la langue. 
Il  ne s'agit donc en aucun cas d'une classification restrictive ou péjorative, mais d'un état de fait forgé au cours des siècles. :-)

 


 
Incognito
03-03-04 à 11:31

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: justement...

je suis d'accord avec toi sur la notion de vie à l'étranger qui permet de prendre du recul sur ces certitudes hexagonales. Peut-être ai-je trop pris de recul mais maintenant je n'ai quasiment plus aucun principe : je vis au jour le jour dans ma cellule familiale. Pour mes anciens amis ou ma famille, je suis une "alien" égoïste, mais je crois que je ne pourrais jamais cesser de vivre ailleurs !

 
ImpasseSud
03-03-04 à 15:05

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: justement...

Incognito, je sens un brin de mélancolie dans ton commentaire, mais je crois que je le comprend parfaitement... Un certain repli sur soi et les siens, généré petit à petit par la lassitude de parler dans le désert?

 
sophie
03-03-04 à 19:52

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: justement...

Argnnn, je ne voulais pas être incognito j'ai du oublier de remplir une case ! oui, il s'agit d'un repli sur ma cellule familiale, j'en ai effectivement assez de prêcher dans le désert et de m'entendre demander si ce n'est pas trop dur de vivre dans le Tiers-Monde ! Au Portugal !

 
ImpasseSud
04-03-04 à 07:22

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: justement...

J'avais effectivement pensé à toi, surtout à cause de tes derniers post (Amitié, Saudade) et vos désirs de partir encore ailleurs. Mais je me disais aussi que nous ne sommes certainement pas les seules à penser de cette façon. 

 
sophie
04-03-04 à 09:33

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: justement...

Nous sommes certainement plus nombreux que nous n'osons l'imaginer mais il existe comme un tabou de la société française à parler de ces départs. Affirmer que les Français émigrent serait remettre en cause l'utopie d'un pays merveilleux que le monde entier nous envie ! Et ce serait contraire à une tradition de "trahison" que ressentent la plupart des Français. Imagine un peu que nos parents nous ont accusés de faire de l'évasion fiscale : j'ignorais que j'étais prisonnière du fisc!!!

 
ImpasseSud
04-03-04 à 19:31

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: justement...

J'aurais moi aussi quelques beaux épisodes à raconter :-))))

 
linkback
27-03-04 à 14:22

Lien croisé

L’île de Ebb et Hoedic - La France, c’est plus ce que c’était : "Belle théorie me diras-tu, mais c’est comme ça. Et c’est ce que j’ai essayé de faire comprendre dans mon article Entre discussion et polémique"