Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

A propos de "L'enfer c'est la clope "(suite)
--> Sartre comme Michel-Ange, et la BNF comme Daniele da Volterra?

Le Jugement dernier, Miche-AngeSuite à mon billet d'hier (qu'il faut lire si on veut comprendre celui d'aujourd'hui), et à la supplique de Sarah-K afin qu’on rende sa clope à Jean-Paul Sartre, je me suis tout à coup souvenu des fameuses corrections (ou « erreurs » comme on appelle cela à la BNF) « politiquement correctes » de l’époque, imposées au «Jugement Dernier» de Michel-Ange, oeuvre magistrale terminée en 1541, qui recouvre le fond de la Chapelle Sixtine au Vatican. N'oublions pas que nous étions à la veille du Concile de Trente et de la Contre-Réforme.

 

« Le Jugement suscita parmi les contemporains à la fois des éloges et de violentes réactions comme celle du Maître des Cérémonies Biagio da Cesena qui déclara qu'il "était extrêmement déshonnête d'avoir peint dans un lieu si honoré tant de nus montrant si indécemment leurs parties honteuses et que ce n'était pas une œuvre digne de la Chapelle du Pape mais de sudatoires et de tavernes" (G. Vasari, Le Vite). La polémique continua au fil des ans portant en 1564 à la décision de la Congrégation du Concile de Trente de faire couvrir certains personnages du Jugement considérés "obscènes". La tâche de peindre les parties à couvrir, appelés "braghe", fut confiée à Daniele da Volterra, depuis lors surnommé le "braghettone". Daniele ne réalisa que les premières "braghe". D'autres furent ajoutées aux siècles suivants. »

(Sources. Pour en savoir plus, Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

 

Comme dans le cas qui nous intéresse aujourd’hui, ces corrections ont été effectuées après la mort de Michel-Ange, et peu à peu on a recouvert 69 nudités. Il s’écoulera plusieurs siècles avant qu’on ne rende au « Jugement dernier » ses nudités originales. Daniele da Volterra est donc passé à la postérité avec le surnom de « braghettone » ou « poseur de culottes ». Le faux de la BNF est de bien moindre importance, car il ne s’agit que d’un catalogue et d’une exposition de quelques mois, mais le principe est-il si différent ?

 

Il y a donc fort à parier que tôt ou tard on rendra sa clope à Sartre. Les périodes de l’histoire où on se mèle d'appliquer le "politiquement correct" aux oeuvres d'art et à la biographie des grands hommes sont souvent des périodes sombres, et j'ai de plus en plus souvent l'impression que la nôtre n'est pas des plus limpides.

 

Mots-clefs : , ,

Ecrit par ImpasseSud, le Vendredi 18 Mars 2005, 15:06 dans la rubrique "Actualité".

Commentaires et Mises à jour :

Incognito
18-03-05 à 19:06

Lien croisé

Mais rendez-lui sa clope! (à Sartre) : " Après mûre réflexion, j'ai changé d'avis. Il faudra peut-être du temps, mais on la lui rendra.... "

 
sarah-k
22-03-05 à 15:14

Pauvre Sartre

Tu crois qu'il faudra plusieurs siècles pour qu'il récupère sa clope :-))!

 
ImpasseSud
22-03-05 à 17:37

Re: Pauvre Sartre

Suite au tollé qui s'est élevé, j'espère que ce gommage restera unique et que personne n'osera  faire une réplique... Donc fin août 2005, les quelques catalogues restants finiront aux archives ou ... à Villeneuve-le-Roi. Puis tout le monde oubliera... et Sartre pourra retrouver son véritable aspect .... :-))