Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

En attendant l’investiture de Barack Obama…

…. que je ne regarderai probablement que d'un oeil car j’ai peu de goût pour tous les mouvements de foules, hier soir j’ai vu « W. L’improbable président » d’Oliver Stone. A la dernière minute, en quelque sorte, car ce film a bien failli ne pas sortir en Italie. Paraît-il qu’il ne plaît pas à Berlusconi, son grand ami. Retiré au dernier moment de l’affiche du dernier Festival Internazionale del film di Roma, présenté hors concours au Torino Film Festival 2008 à l’esprit un peu plus ouvert, il a failli ne pas trouver de distributeur et n’est sorti qu’hier dans les salles et en première sur La 7, la seule chaîne italienne plus ou moins indépendante du pouvoir en place. Que j’en dise vite deux mots, car demain ça n'aura sans doute plus aucun intérêt.

 

Les faits et gestes catastrophiques ou parfois comiques de Georges W. Bush durant ses deux mandats, tout le monde les connaît. Tout le monde s’est déjà maintes et maintes fois demandé comment il était possible qu’un personnage de ce genre soit arrivé à la présidence des USA. Alors, ce que je ne comprends pas bien, c’est le partage de la critique qui, quand elle est mauvaise, accuse Oliver Stone de ne rien nous avoir appris de neuf. Dans le cas présent et compte tenu qu’il s’agit de l’Histoire contemporaine, les seules choses sur lesquelles le metteur en scène pouvait lever le voile, c’était sur le parcours dévoyé de sa vie jusqu’à 40 ans, sur le complexe qui le taraude vis-à-vis de son père et a même fini par lui suggérer de mettre Dieu de son côté, et sur son art du discours populaire qui lui a valu une première puis une seconde élection. Et même s’il s’agit d’une peinture au couteau, comme l’écrit François Forestier dans l’article enthousiaste qu’il a publié sur Le Nouvel Observateur, il me semble que son tableau est exhaustif. Dommage que ce film ait été terminé avant l’éclatement de la bulle financière et le lancer de chaussures. Ce lancer de chaussures…. Au vu du film et de la personnalité de W., on ne pouvait vraiment rien trouver de mieux !   

 

Pour moi, il s’agit donc d’un bon film. Et pourtant, j'ai presque été écœurée. Revoir une fois de plus tout cela, alors qu’avec l’élection de Barack Obama, on a finalement retrouvé un peu d’espoir dans l’avenir et qu'on a qu'une seule envie, celle de tourner la page… Ici en Italie, j’ai bien peur que ce film n’ait pas le succès qu’il mérite. Il arrive trop tard ou trop tôt. Peut-être redécouvrira-t-on sa juste valeur d’ici quelques années, quand on aura un peu de recul.

 

En attendant, souhaitons qu’avec Barack Obama le monde récupère quelque peu de justice et d’éthique.

 

Mots-clefs : , , ,

Ecrit par ImpasseSud, le Mardi 20 Janvier 2009, 13:57 dans la rubrique "Actualité".