Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Faute avouée, à demi pardonnée : n'est-ce pas un peu trop facile?
--> Des Mea culpa bien commodes!

Après le New York Times il y a deux mois, c’est désormais le Washington Post qui fait son mea culpa à propos de sa couverture sur la guerre en Iraq. « Mea Culpa » ? Façon de parler ! Pour moi, il s’agit de faux-fuyants. Ces deux quotidiens seraient-ils en train de subir une baisse de crédibilité, du chiffre de leurs ventes ? La campagne électorale pour les présidentielles aurait-elle finalement mis en évidence la partialité presque unanime de la presse américaine ? Ou bien sentent-ils le vent tourner, et désirent-ils, dès maintenant, se mettre dans les bonnes grâces du prochain président ?


"Nous avons fait notre travail, mais nous ne l’avons pas fait assez bien".

Est-ce bien faire son travail que de publier des informations non contrôlées ?

"Nous étions si affairés à essayer de comprendre ce que mijotait l’administration Bush que nous n’avons pas pris le temps d’écouter ses contradicteurs.”

Dans une démocratie digne de ce nom, le rôle d’un grand journal est-il celui de servir de porte-parole au gouvernement en place ?

"Nous n’avons pas assez prêté attention aux voix de la minorité anti-guerre".

Un journal qui se respecte doit-il se contenter d’un seul son de cloche ? Et je ne sais pas si on peut vraiment parler de « minorité anti-guerre » quand les trois-quarts de la planète rejettait cette guerre, haut et fort.

 

Que de fausseté, d’enrobement, d’hypocrisie ! Pourquoi ces journalistes ne vont-ils pas sur place faire leurs excuses au peuple iraquien ? A condition que cela serve à ressusciter les morts, à permettre aux blessés de retrouver leur santé initiale, que les édifices publiques, les habitations, les écoles, les hôpitaux, les marchés, les musées, les plantations, les services d’eau et d’électricité, etc… bombardés retrouvent leurs anciennes apparences, leur fonctionnement précédent.

 

Il ne manque que l’entourloupette de la fin, celle du directeur de rédaction : "Mais les gens ne doivent pas faire l'erreur de croire que si la couverture des journaux avait été moins partiale, la guerre aurait été évitée".   

 

Ben voyons ! Comme pour dire : « On aurait pu écrire n’importe quoi, cela n’aurait rien changé ». Mais si ces journaux avaient fourni une information correcte au lieu de chauffer le peuple à blanc, est-il si insensé de penser que les Américains auraient fini par désapprouver les choix de leur président, comme pour le Vietnam ?

 

En réalité, cependant, il faut convenir qu'une information objective aurait eu peu de chances de freiner les décisions de la Maison Blanche, fermement résolue, depuis la première guerre du Golfe en 1991, à aller s’installer au Moyen-Orient, par n’importe quel moyen et coûte que coûte. Il n’en reste pas moins que le devoir d’un journal est d’informer. Pour pouvoir fournir une information correcte, respectueuse de ses propres lecteurs, il faut tout d’abord être réellement au courant, ne pas se contenter des voix de couloirs, et il faut faire tout le nécessaire pour apurer la vérité de ce qu’on diffuse. Ensuite, il est évident que chaque journal a sa propre tendance politique, et qu’il est juste qu’il puisse l’exprimer par le biais de ses éditoriaux. C’est ce qui fait la différence entre information et opinion.  

 

Faute avouée est à demi pardonnée, dit le proverbe, mais n'est-ce pas un peu trop facile? Si j’étais Américaine et que tout à coup je réalise que ces deux grands quotidiens m'ont menti pour obtenir mon consentement à une guerre, délibérément ou par manque de conscience professionnelle, je les bannirais (ainsi que tous ceux qui ont suivi leur exemple) de mes lectures, sans tergiverser un seul instant, parce que non fiables, jusqu’à ce que soit licenciée toute la clique des rédacteurs et des journalistes qui ont « marché dans la combine ». Car ce qu’on peut pardonner à une feuille de chou, je ne crois pas qu’on doive l’admettre de journaux d'une telle importance.

 

(Les citations sont extraites de l’article paru dans le Courrier International)

 

Mot-clef :

Ecrit par ImpasseSud, le Lundi 16 Août 2004, 16:38 dans la rubrique "Actualité".

Commentaires et Mises à jour :

Gamin
16-08-04 à 17:53

L'Amérique est connue pour son anti-conformisme, et pour ses journaux qui "descendent" tel ou tel homme politique en un tour de main, ou, au contraire, tel que tu le démontres, pour se faire le "porte-parole" de la majorité en place, chauffer le peuple à blanc et "dénoncer" ainsi des vérités qui n'en sont pas...

Hypocrisie ?? Sans nul doute...
Mea Culpa ?? J'en doute fortement...
Faux-fuyants ?? Sans aucun doute...

Le fait est que, désormais, l'Administration Bush se trouve en très mauvaise posture face aux élections présidentielles qui se préparent, et qui vont très prochainement arriver, Kerry étant d'ores et déjà donné gagnant...

La controverse donnée par le film de Michael Moore sur Bush et ses méthodes n'y est certainement pas étrangère...

Encore faut-il que le peuple américain se réveille, et voie une bonne fois pour toutes la vérité en face, telle que Moore l'a démontrée...


 
Happy
16-08-04 à 18:28

Un "mea culpa", ça ?

"...mais nous ne l’avons pas fait assez bien."
"...si affairés à essayer de comprendre ce que mijotait l’administration Bush que nous n’avons pas pris le temps ..."
"Nous n’avons pas assez prêté attention..."
"Mais les gens ne doivent pas faire l'erreur de croire..."
 
Résumons-nous :
- ce que nnous avons fait été juste, mais pas suffisant.
- mais de toute façon, ça ne servait à rien.
- si vous croyez que ça servait à quelque chose, vous avez tort.
 
Sans plus de commentaires.

 
ImpasseSud
16-08-04 à 18:35

Re:

Gamin, pour que Kerry soit élu, il faudrait une belle différence entre les deux candidats afin que le doute ne soit pas permis et qu'il n'y ait aucune triche aux élections. As-tu vu Farhenheit 9/11?
Rien de spécial en soi, mais MM. met vraiment l'accent sur les éliminations de nombreux électeurs noirs, sur les listes modifiées, et sur le refus de tous les sénateurs du Congrès de dénoncer les faits alors que la dénonciation d'un seul sénateur aurait suffi à remettre tout en question.
Je viens à peine de lire un article qui met en évidence les embrouilles que les républicains sont déjà en train d'ourdir : une machine qui "mangerait" des voix, c'est-à-dire qu'elle enregistre le vote sans relâcher aucun reçu. Donc, en cas de nombre de voix limite ou de contestation, les votants "électroniques" ne pourront en aucun cas prouver qu'ils on voté. Le seul témoin sera l'ordinateur qui ne peut que répéter à l'inifini ce qu'il affiche la première fois.

 
Gamin
16-08-04 à 18:43

Re: Re:

Ouais... Bush tient vraiment à rester aux commandes de la Maison Blanche, apparemment...

 
ImpasseSud
16-08-04 à 18:45

Re: Un

Happy, je ne fais que reprendre les termes utilisés par la presse.
Je ne comprends pas bien ton commentaire, car il me semble que les phrases des rédacteurs américains ne pourraient pas être plus claires, elles ne laissent aucune place à l'ambiguité. Et si ce n'est pour donner "l'apparence" d'un mea culpa, dans quel but auraient-ils fait ces déclarations? Comme éloge à la médiocrité ?

 
Happy
16-08-04 à 23:10

Rapide

Bonjour,
je n'ai pas trop le temps de revenir sur ce que j'ai dit ; la première partie du commentaire de  Gamin correspond bien à ce que je voulais pointer.
Dire qu'on n'a pas fait assez, comme ils le répètent, me semble être un euphémisme pour cacher qu'ils n'ont rien fait : ont-ils vraiment écouté les voix des opposants ? A la limite, on pourrait leur accorder par gentillesse qu'ils n'ont pas "assez" bien relayé l'information, qu'ils ne l'ont pas "assez" bien équilibrée...
Ils me paraissent bien complaisants avec eux-mêmes.
 
Je ne sais pas si tu lis l'espagnol; je n'ai malheureusement pas encore eu le temps de traduire ce texte signé par Pascual Serrano et qui s'intitule : "La farce électorale des Etats-Unis" : http://www.rebelion.org/imperio/040614farsa.htm.
 
Il montre ce qu'est la "démocratie" à la mode étasunienne : qui choisit les candidats, comment on élimine des électeurs, etc...
 
A plus. Philippe.
 

 
ImpasseSud
17-08-04 à 07:34

Re: Rapide

Alors, tu rejoins le point de vue de mon article et les commentaires que je fais sur chaque phrase citée.

Merci pour ton lien : non, malheureusement, je ne lis pas l'espagnol. Mon domaine c'est plutôt l'italien et l'anglais. Si tu en fais la traduction, fais-moi signe, je la lirai très volontiers. :-)

 
tagliamento
18-08-04 à 09:01

Re: Re: Rapide

Moi, j'irai encore plus loin: les médias savaient parfaitement ce qu'ils faisaient. Pour seule preuve, la mainmise de l'administration Bush sur les médias américains et bientôt internationaux grâce à Clear Channel. Les "grands" médias n'y échappent pas.

Il faut aussi vous rendre à l'évidence, et ce malgré le soutient de nombreuses personnalités dont Michael Moore, que Kerry ne sera qu'un moindre mal s'il gagne les éléctions. En effet, si il promet de rétablir un peu les relations américano-européennes, il promet aussi de gonfler encore plus le budgets de la défense (6 millards de dollars!): je suppose que les budgets alloués à la culture et à l'éducation en seront encore une fois les victimes. Kerry ne fait qu'exalter son "glorieux" passé vietnamien, il a un discours tout aussi belliqueux que son stupidissime adversaire (qui n'est qu'une marionnette des lobbies). Ses propos sur l'invasion irakienne me font froid dans le dos: selon lui, avec l'arsenal de l'armée américaine, la guerre aurait du être terminée en deux jours maximum... Je ne sais pas si nous comprenons la même chose.

De plus, Kerry est un fervent défenseur du Patriot Act: il l'a défendu bec et ongles avant de devenir présidentiable. Il est aussi un fervent défenseur de la coupures des impôts sur les grandes fortunes. Un drôle de coco ce Kerry...


 
castor
18-08-04 à 11:22

Sans aller aussi loin (géographiquement parlant)

Les médias francais se sont-ils excusés d'avoir traité les usagers de la ligne D, les banlieusards, et les français en général de lâches (agresseurs ou spectateurs pusillanimes selon les cas)?

 
ImpasseSud
18-08-04 à 13:39

Re: Re: Re: Rapide

Tagliamento, il est vrai que la ligne politique annoncée par Kerry ne semble pas si lointaine de celle de Bush. Mais je continue à croire (ou à vouloir croire?) que les USA sont sur le déclin. Je fais confiance à l'Amérique latine!

 
ImpasseSud
18-08-04 à 13:39

Re: Sans aller aussi loin (géographiquement parlant)

Castor, quelle histoire écoeurante! Tu as raison de souligner cette absence d'excuses. Quand je pense aux avalanches de courbettes (pour ne pas user d'un autre terme) qui ont suivi le dérapage sur le retrait d'Alain Juppé sur France 2.

Les médias donnent de plus en plus l'impression d'être fait d'organismes autosuffisants, se moquant éperdument de leur mission d'information envers le public. L'important, c'est de faire du bruit, d'amuser le peuple et de le pousser à la consommation (voir chez Sophil de l'eau). Et plus ils sont gros, pire c'est.

 


 
tagliamento
18-08-04 à 16:48

Re: Re: Sans aller aussi loin (géographiquement parlant)

Oui, Castor a entièrement raison!

Et oui, moi aussi, je fais confiance à l'Amérique du Sud. Vamos!


 
ImpasseSud
03-01-05 à 19:16

Médias en crise


Sur Le Monde diplomatique,
Ignacio Ramonet fait le tour de la grande presse mondiale qui est en train de perdre de plus en
plus de lecteurs.... à cause des bidonnages en série, de l'intoxication
organisée et même des idées "soi-disant" saines... auxquelles il faut
donner la préférence à des fins spéculatives.