Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

France : SDF
--> J'ai bien profité de mes vacances, par contre...

 ... je n’ai jamais vu autant de SDF que cette année. Sans Domicile Fixe ? Quel euphémisme ! SDTC : Sans domicile tout court ! ALR : A la rue ! SE : Sans espoirs ! LPC : laissés-pour-compte! AAEM : abandonnés à eux-mêmes! PDDH : privés de dignité humaine !  Quand nous les rencontrions, quand ils se trouvaient sur notre chemin, je me sentais contrainte, comme beaucoup d’ailleurs, de faire semblant de ne pas les voir, de détourner mon regard. J’avais honte et mauvaise conscience. Ils étaient trop nombreux. Que pouvais-je faire pour corriger cet état de fait ?

 

A Paris, puisque c’est de Paris qu’il s’agit, il y aurait au moins cent mille personnes à la rue, peut-être même deux cent mille annoncent ceux qui passent leurs nuits avec eux, dans les rues, convaincus que la goutte d’humanité qu’ils apportent finira par former un océan. Mais qui prend la peine de les compter ? Et ici, il ne s'agit ni de drogués ni d'émigrés, mais de Français entre deux âges. Pour la société capitaliste, ces gens-là n’existent que quand ils déparent le paysage, les quartiers riches ou indisposent les touristes. Le temps des clochards avec leurs litrons de rouge sous les ponts de la Seine auxquels nous les nantis, nous trouvions une note de romantisme, un caractère particulier, une touche de pittoresque, est bien fini. En fait, les ponts ne suffisent plus. Il y en a tant ailleurs...

 

Ceux qui viennent jouer d’un instrument dans les rames du métro avec leur chariot-sono et leur verre en plastique pour la monnaie, mais qui indisposent les gens par leur vacarme, ont-ils encore un domicile, une famille, un repli ? Ceux qui chantent ou jouent d’un instrument dans l’antre des couloirs interminables, dont on perçoit les voix et la musique à des centaines de mètres, à quel point en sont-ils ? J’ai eu l’occasion d’entendre une femme soprano extraordinaire. A vous faire venir les larmes au yeux, sous ces voûtes. Il y avait aussi un liseur d’histoires : mais qui donc a encore le temps de s’arrêter et d’écouter ? Et que de grands discours avinés et chancelants, désespérés et indifférents ! Beaucoup restaient là, assis, un vieux sac à côté d’eux, hébétés ou la tête dans les mains. D’autres, affaissés sur un siège dormaient carrément. Dès que le soir venait, beaucoup s’installaient, comme chez eux, déroulant leur sac de couchage sur les soubassements, la tête derrière un siège. Pour se protéger de quoi ? De la lumière ? Le bruit fracassant n’est-il plus qu’un bruit de fond?

 

Idem dans la rue. Notre quartier, près de la Bastille, avait ses nombreux habitués, ponctuels, qui tous les soirs se regroupaient à deux ou trois, toujours devant les mêmes boutiques, (en face des bouches d’air chaud qu’ils se réservent en hiver?), étalant leurs avoirs et leurs alcools. Au petit matin, alors que les gens partaient travailler, allaient acheter leurs croissants ou leur baguette de pain frais, ils étaient encore là, pas dérangés le moins du monde par la nettoyeuse qui arrosait les trottoirs à grande eau. Ils acceptaient avec sympathie une cigarette, d’autant plus si on en fumait une avec eux, un repas, quelques bières.

 

Les femmes étaient moins nombreuses (ou moins visibles ?). Elles déambulaient sans fin, leur garde-robe sur elles, et soit elles poussaient un caddy comble des marchandises les plus étranges, mais surtout de cartons et de sacs en plastique, soit elles tiraient derrière elles des petites charrettes, celles des ménagères qui vont faire leurs courses, discrètement. Une fin d’après-midi, nous avons été sollicités par deux femmes bien différentes. La première, énorme de la graisse des anémiques, les cheveux de paille, insultant avec un accent à la Arletty les CRS qui lui imposaient de déloger, car elle, elle savait bien qu’il y avait des c... sur la terre, mais à ce point-là... L’autre était toute frêle, digne, un manteau gris sur elle en cette saison clémente. Comme nous, elle remontait l’avenue de Matignon et ses galeries, déserte en ce début de soirée. Quand elle nous a arrêtés avec un ton si distingué, je n’aurais jamais cru que c’était pour nous demander une aide. Et c’est moi qui ai rougi, gênée. Et si un jour je me retrouvais à sa place ? Ça doit être tellement dur de devoir s'habituer à demander la charité.

 

Une amie m’a dit : "A Paris, c’est tellement facile de finir dans la rue si on perd son emploi et qu'on n’a aucune famille qui puisse vous aider." J’ai tout à coup envie de me demander à quel niveau de dégradation se trouve une civilisation soit disant évoluée mais qui tolère cela, et quel est le degré de négligence et d’indifférence d’un gouvernement qui ne s’occupe que des mieux nantis ? Les réductions de personnel, les délocalisations à outrance, les CDD de deux mois qui ne vous donnent accès à aucun logement, les aides sociales qui ne sont qu’apparat et même bien souvent magouilles, la réforme des retraites, les grignotages sur RMI et RMA, la mauvaise foi et les taux usuraires des banques ne contribuent-ils pas, tous ensemble, à jeter les gens à la rue ? Faudra-t-il donc attendre une ondée de froid exceptionnel, avec une hécatombe comme l’été dernier lors de la canicule, pour s’apercevoir, officiellement, l’air surpris et faussement contrit, se rejetant la faute d’un ministère à l’autre et accusant les familles, versant même à l’occasion, aux funérailles de ces inconnus, quelques larmes de crocodile sur les belles phrases d’un discours émouvant, pour que finalement on prenne note de ce qui crève les yeux ?

 

P.S. du 15.11.2008 : Lire dans Le Monde : "Moi, Julie, mère SDF et blogueuse"


Mots-clefs
: , , ,

Ecrit par ImpasseSud, le Mercredi 21 Juillet 2004, 15:40 dans la rubrique "Actualité".

Commentaires et Mises à jour :

PierreDesiles
21-07-04 à 20:47

Bonsoir ImpasseSud,

          En tant que parisien de naissance, je comprends ton émoi sur ta vision des coulisses de la capitale. Mais comment faire le tri entre les vrais et les faux SDF ? Combien ont-ils été poussé à la rue? Combien ont-ils choisi ce mode de vie? Je pense qu'en saison estivale, si je peux me permettre, les dés sont pipés. Il y a sûrement un exode de tous ces gens qui se cherchent et qui cherchent aussi un lieu d'accueil, en ayant fui auparavent leur terre qui n'est plus nouricière pour eux. Il doit y avoir une énorme différence de comptage en été qu'en hiver où là personne ne triche plus (quoi que?)

          Malgré tout, je suis d'accord avec toi sur le côté malsain d'une société moderne et puissante comme la France, qui génère cette population de seconde zone, vouée à l'échec en tous genres!

          La France est-elle victime de son accueil ou est-elle incapable d'accueillir toute la misère du monde? Je suis né à Paris, mais j'ai passé toute ma jeunesse en banlieue et parfois j'aurai préféré être né au bout du monde, tant cela n'a pas été facile...! Que faut-il faire dans ce monde où tout n'est que profit et étalage de ce profit au nez de ceux qui n'ont besoin que de manger? On est en train d'installer Paris plage, c'est bien... mais pour qui? Les resto du coeur qui ne fonctionnent qu'en hiver, attirent-ils des étrangers qui sont coincés ensuite tout l'été et sont-ce, pour une partie, ceux là qui tapissent les rues de Paris tout l'été?

         Je ne sais quoi penser sur la manière d'enrayer ce phénomène de nouveaux pauvres, mais je suis franchement écoeuré d'avoir vu un reportage sur des milliardaires à la télé qui se déplacent en Jet privé avec le choix à l'arrivée entre l'une de leurs innombrables villas à plusieurs millions de dollars pièces, répartiés dans le monde, et qui préfèrent aller dans une suite d'hôtel pour la nuit à 6000dollards pour être proche de la ville, car leur villa est à 20km!!!! Je passe sur la suite!

      Merci pour nous avoir ouvert les yeux sur ton voyage parisien, ImpasseSud.


 
ImpasseSud
21-07-04 à 22:37

Re:

Pierre, je n'ai jamais vécu à Paris, me je la connais assez bien et depuis l'enfance car j'y avais une famille assez nombreuse, mais c'est la première fois que je vois autant de clochards. Et ils n'avaient rien des clochards d'opérettes, je t'assure. La plupart autour de quarante ou cinquante ans ou même plus vieux.  J'ai une très bonne source d'information du côté humanitaire, et je ne pense pas qu'il y avait beaucoup de triche dans ce que j'ai vu... ou alors il faut être masochiste. Il faut être très prudents dans les jugments qu'on porte sur ces gens-là. Aujourd'hui beaucoup aiment à répéter que si certains n'ont pas d'emplois, c'est qu'ils ne veulent pas travailler. Mais quand tu perds ton emploi, il faut voir ce qu'on te propose, soit disant pour te "réinsérer dans la vie active". De nombreuses sociétés aujourd'hui exploitent le filon du nouveau chômage, c'est-à-dire qu'elles affichent un aspect social, mais en réalité, elles  fournissent à bas prix de la main-d'oeuvre intérimaire à tout faire. Il s'agit de tâches pénibles, et avec des déplacements continuels, parfois d'une ville à l'autre, pour quelques jours par semaine, ou quelques semaines par mois, même à des centaines de kilomètres, ce qui te donne difficilement la possibilité de te chercher un autre emploi. Si tu refuses ce qu'on t'offre, tu perds ta place. Les 35 heures sont respectées mais on commence à 60% du SMIC et les CDD sont de 2 mois, et sans primes de déplacement. Tout le monde ne tient pas le coup, et de toute façon, ça ne te remet pas sur les rails.
Est-ce bien légal tout cela? Alors à quoi sert le SMIC? Et pourtant on ferme les yeux.

Du côté des riches, je crois avoir vu le reportage dont tu parles : sur Arte? Pour ma part, la richesse ne me dérangerait pas outre mesure s'il n'y avait pas de pauvres. La pauvreté, c'est vraiment la honte du genre humain, et il est inadmissible qu'on y condamne des gens.


 
sophie
21-07-04 à 22:56

Pessimisme

Une amie brésilienne exilée en France m'a dit un jour qu'au Brésil les ennuis avaient commencé avec des mendiants aux feus rouges. Depuis quelques temps, elle fait tout pour repartir et elle dit : chez vous aussi cela va très mal finir... J'ai peur que ce ne soit que trop vrai.

 
Incognito
04-12-04 à 16:59

Lien croisé

Search: maquis, france - MetaCrawler : "1. Entre mer et maquis - France : SDFFrance : SDF. --> J'ai bien profité de mes vacances, par contre... .. je n’ai jamais vu autant de SDF que cette anné"

 
ImpasseSud
03-02-05 à 18:01

De pire en pire

A lire absolument : Plus dure sera la ville (sur le Nouvel Obs. n° 2088 du 11.11.2004)

J'en ai froid dans le dos.


 
ImpasseSud
14-01-08 à 15:41

Un mort de plus parmi tant d'autres

Rafaël, l'inconnu de la Concorde
LE MONDE | 13.01.08
© Le Monde.fr

Même si le ton de l'article est détestable, mais les faits sont là.

 
ImpasseSud
15-11-08 à 13:57

Une mère SDF et blogueuse

Lire absolument dans Le Monde : "Moi, Julie, mère SDF et blogueuse"

Que dire d'une société "évoluée" qui débourse volontiers des millions ou des milliards d'Euros pour renflouer des banques, mais qui est incapable de fournir un logement HLM aux plus démunis ou favorise les "temps partiels" et les CDD qui vous laissent à la rue, même avec des enfants en bas âge ? !!!!!