Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Le business des brevets

En feuilletant le livre des brevets on trouve les inventions les plus curieuses, mais ce qui progresse de plus en plus, c’est le secteur des brevets sur le « way of doing things », c’est-à-dire sur la façon de réaliser une idée ou de faire les choses. Désormais, mettre la main sur des modèles de business est devenu une habitude, comme par exemple sur la manière d’exécuter une opération chirurgicale, sur une coupe de cheveu, sur la façon de se laver les dents, ou même en ce qui concerne l’eau chaude ! Aux Etats-Unis, on brevette tout et n’importe quoi, comme le légendaire « one-click » d’Amazon, qui est désormais son apanage exclusif, ou le cas de Priceline, qui a breveté son propre mécanisme de vente aux enchères.

 

La course aux brevets de ce genre a commencé en 1998, quand une célèbre sentence a écrit ou réécrit les règles du jeu.  Le cas spécifique concernait les modalités pour regrouper des fonds communs d’investissement, et la cour d’appel a décidé d’admettre le cas parmi les catégories brevetables, accueillant même dans le monde des brevets l’expression « the way of doing things ». Dès lors il y a eu une suite ininterrompue de reconnaissances et d’inventions.

 

Le secteur des assurances est incontestablement le plus actif. Il est en train de vivre une véritable manie du brevet On vient d’assister à la naissance des « insurance development labs » :

- Le brevet numéro 20010027388 concerne une modalité particulière pour calculer les risques d’une attaque terroriste sur son propre site internet, afin d’en vérifier la vulnérabilité et les dégâts qu’il pourrait subir.

- Le brevet numéro 20030074231 se réfère à un modèle d’assurance qui prévoit un remboursement intégral au cas où votre relation avec l’âme sœur tournerait au bide. 

-  Pour finir, le numéro 6561903 est un modèle mathématique mi-grotesque mi-génial pour s’assurer contre les pertes au jeu et se protéger contre les risques du hasard.

Dans notre époque pleine d’incertitude, c’est dans ce domaine que l’on enregistre le plus grand nombre de brevets.

 

Les brevets : un gros business! C’est de plus en plus un moyen « légal » qui permet aux voleurs de s’approprier des biens qui appartiennent à tout le monde, comme dans le cas des semences d’un arbre très commun, le Neem, aux énormes propriétés antiparasitaires, dont la multinationale pharmaceutique W.R. Grace a breveté les principes de la plante ; et du "basmati", riz indien, produit d’une sélection vieille de 2000 ans et breveté en 1997 par la Rice Tec. Inc. Le gouvernement indien a élevé un protestation vigoureuse, et il a fini par obtenir une réduction des droits plutôt substantielle, mais il a perdu le marché américain… Sans parler des conséquences désastreuses que de telles appropriations ont eu sur l'économie, l'agriculture et la médecine indiennes.

(Sources : Il Manifesto)

 

Alors quand brevettera-t-on l’air qu’on respire ?

 

Mot-clef :

Ecrit par ImpasseSud, le Samedi 12 Juillet 2003, 09:28 dans la rubrique "Actualité".

Commentaires et Mises à jour :

linkback
16-07-03 à 08:42

Lien croisé

Soleil des îles - Des teenagers intentent un procès à McDonald’s : « il nous a r : " Contre les risques, aux Etats-Unis, désormais on n'hésite pas à enregister des brevets : voir mon article http://joueb.com/impassesud/news/2.shtml "