Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Les Anges de la boue
--> Il y a 40 ans, l'alluvion de Florence

Nous sommes à l’aube du 4 novembre 1966 quand, à Florence, après quelques jours de pluie ininterrompue et intense, l’Arno rompt ses digues. L’eau inonde les rues et les places et monte jusqu’au premier étage des maisons. Une plaque, Via de' Neri, rappelle le point le plus haut atteint par la crue : 4,92 m. Tous les musées, églises, lieux d’art sont inondés : l’eau entre dans le Palazzo Vecchio, dans le Dôme, dans le Baptistère, tandis que la furie du fleuve éventre les boutiques des orfèvres sur le Ponte Vecchio, procurant de graves dégâts même au Corridoio Vasariano qui se trouve au-dessus.

 

Le crucifix de Cimabue de la Basilica Santa Croce, gravement abîmé par l’eau et la boue, devient le symbole de la tragédie qui frappe non seulement la population mais aussi l’art et l’histoire. Les eaux se retirent deux jours plus tard, laissant Florence ensevelie et souillée, par la boue, le gasoil et des montagnes de détritus et objets en tous genres. Des dizaines de personnes sont mortes, il n’y a ni eau, ni électricité, ni vivres.

Dans la consternation générale face à l’immense désastre, naît, immédiat et impérieux, un esprit de solidarité qui implique non seulement les Florentins, mais aussi des volontaires en provenance de toutes les parties de l’Italie et du monde : on commence à enlever la boue à la pelle, à distribuer des vivres et, dans un extraordinaire esprit d’abnégation, des milliers de jeunes se mettent à récupérer de la boue les tableaux, les livres, les oeuvres d’art, apportant leur contribution décisive pour sauver le patrimoine de Florence, si gravement endommagé par les saccages de l’alluvion. Pour leur dévouement impressionnant et leur solidarité, on les a surnommé « Gli Angeli del Fango » (Les anges de la boue). Sans oublier les « gli Angeli della radio », ces radioamateurs qui, avant l'ère des portables, garantirent les communications dans une ville isolée du monde.

(Sources : "Gli Angeli del fango")

(Pour voir d'autres photos et des vidéos : 1, 2, 3, 4)

Pour le 40ème anniversaire de cette catastrophe mais aussi pour reporter à la mémoire ce magnifique élan de solidarité, le Conseil Régional de la Toscane organise, avec d'autres associations, un « Raduno Internazionale » (Rencontre Internationale), le 4 novembre prochain (info@mediatecatoscana.net) dans le but, entre autre, d’ajouter d’autres noms à la longue liste de tous ceux qui, à l’époque, ont immédiatement et spontanément (les secours officiels sont arrivés plus tard) contribué à sauver un des patrimoines de l’humanité, (mais aussi des vies humaines), « comme si », a dit quelqu'un « ils avaient compris qu'ils devaient sauver leur âme ».

Mots-clefs : , , , ,

Ecrit par ImpasseSud, le Mardi 31 Octobre 2006, 17:58 dans la rubrique "Les hommes de bonne volonté".

Commentaires et Mises à jour :

ImpasseSud
02-11-06 à 07:58

Pour se faire une idée de la fièvre qui anima les jeunes de l'époque

... on peut lire I ragazzi e le ragazze del 66… (en italien). Seraient également accourus sur place : Ted Kennedy (en visite éclair depuis de Genève, mais plutôt boueux lui aussi), mais aussi Joan Baez, Gerard Schroeder, Joschka Fischer, Giorgio Albertazzi, Franco Zefirelli, Margherita Hack, Sergio Staino, Antonello Venditti, Francesco De Gregori, etc…


On estime que « les anges qui descendirent dans la boue » furent environ 10.000. Suite aux différents appels parus dans la presse depuis début janvier 2006 en vue de cette commémoration, 2.200 personnes ont déjà répondu, près à apporter leurs témoignages, enrichissant ainsi les deux expositions mises sur pied.

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, 40 ans plus tard, il reste encore bien des oeuvres à restaurer, mais la majeure préoccupation vient du fait qu'on n'a pratiquement pris que très peu des mesures nécessaires pour faire front à une crue équivalente de l'Arno si elle se représentait.