Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Les salaires des Eurodéputés : une jungle?

 Même métier, salaires différents? Rien de nouveau sous le soleil, mais il me semble quand même que la disparité dans les rémunérations des députés du Parlement Européen devrait figurer dans le livre Guinness des records 2004.

 

Du temps de l' des 15, les Espagnols faisaient figure de parent pauvre avec leur moyenne de 2.619 Euros par mois, tandis que les Italiens avec une rémunération mensuelle de 11.779 Euros avaient sans aucun doute trouvé le filon. Quant aux Français et aux Belges, ils se tenaient dans la moyenne, leur rémunération respective étant de 5.169 et 5.544 Euros. Et bien aujourd'hui, dans l'UE des 25, les différences sont encore plus accentuées. Tandis que les Italiens qui avaient probablement des fins de mois difficiles se sont voté une augmentation, portant leur salaire mensuel à 12.007 Euros, celui des députés Polonais s'en tiendra à 564 Euros, celui des Tchèques à 400 Euros, et les députés lituaniens, les plus défavorisés, devront s'arranger avec 350 Euros par mois. Le fait est que, jusqu'à présent, la règle voulait que la rémunération d'un député européen soit équivalente à celle que percoivent leurs collègues auprès des chambres nationales.

 

En vue de l'élargissement de l'UE et dans le but d'uniformiser ces rémunérations, l'année dernière, le Parlement Européen avait approuvé un nouveau statut qui fixait la rémunération de base à 12 mensualités annuelles de 8.600 Euros. Cependant la France et l'Allemagne, suivies par la Suède et l'Autriche, ont bloqué cet accord parce qu'en passant les rétributions des comptes nationaux au bilan de la Communauté, cela aurait eu pour conséquence d'obliger les pays qui déjà contribuent le plus largement au trésor public de l'UE à débourser encore plus.

 

De toute façon, ne nous faisons quand même pas trop de soucis pour les nouveaux arrivés. Ils ne tarderont pas à apprendre de leurs collègues au long cours comment se débrouiller avec profit dans la vie parlementaire, c'est-à-dire, pour notre Lituanien, comment s'en sortir avec 350 Euros, en y ajoutant la longue liste des remboursements les plus divers. Un député finlandais a confessé qu'en profitant à fond de toutes les possibilités du système, le total de ses entrées arrivait à dépasser 20.000 Euros par mois. Voyons donc quels sont les montants de ces remboursements.

 

- 262 Euros pour hotel et restaurant, par jour de travail à Bruxelles ou à Strasbourg. - 3.700 Euros par mois pour les frais de bureau. - 12.576 Euros par mois pour les frais de secrétariat. Sur ces deux derniers chiffres ce qui reste au député dépend évidemment du coût effectif des locaux qu'ils s'attribuent(tous les députés n'en ont pas) et du personnel dont ils s'entourent (qui peut aller du simple parent ou de l'amant/e bénévole ou aux prétentions négotiables, à l'assistant/e rémunéré/e à sa juste valeur). Sans compter que parfois ce sont les groupes de pression qui paient les assistants et que chacun est libre d'aduler ou de réduire à l'esclavage son ou ses propre/s secrétaire/s. Les salaires de ces derniers varient de rien à plus de 4.000 Euros par mois, dans lesquels sont comprises les dépenses pour les déplacements à Strasbourg d'une semaine par mois. Le gros des bénéfices, cependant, arrive des voyages, surtout si on prend l'avion, ce que presque tout le monde fait. Contre la remise de la carte d'embarquement (et non pas du billet!!!!), le Parlement rembourse le prix d'un billet ouvert sur les avions des compagnies nationales pour le trajet de Bruxelles à l'aéroport le plus proche du lieu de résidence. C'est là que se trouve la combine. On peut en effet voler avec une compagnie à bas prix ou sonder les meilleures offres des compagnies, et encaisser la différence qui peut tranquillement dépasser 1.500 Euros pour chaque aller/retour qu'il faut ensuite multiplier par les 4 sessions mensuelles. - 5.000 Euros par an pour suivre des cours de langues, auxquels on peut inscrire qui on veut. - 3.652 Euros pour les voyages à l'étranger pour raisons de travail (dans ce cas, il faut présenter la facture). - 50 Euros de taxi par semaine, même si les députés ont à leur disposition une véritable écurie de voitures officielles.

 

Avec ces petits moyens, dont certains ont honte, notre député lituanien n'arrivera peut-être pas à 20.000 Euros, mais il approchera sans problèmes 8/9.000 Euros par mois. Dans des villes chères comme Bruxelles et Strasbourg, cela peut passer pour un salaire de misère, mais le scandale est quand même à l'ordre du jour. Le député autrichien Hans-Peter Martin a filmé plus de 7.000 de ses collègues avec une caméra invisible lors de leur arrivée au Parlement : ils allaient déposer leur signature pour avoir droit aux 262 Euros et reprenaient le chemin de l'aéroport. (Sources : Il Manifesto)

 

Je ne peux pas m'empêcher de continuer à penser qu'il est important d'aller voter, que la démocratie n'est possible que si les peuples élisent leurs représentants, mais, je ne peux pas m'empêcher non plus de me demander pourquoi personne (il doit bien y avoir encore quelques députés intègres) ne demande qu'on instaure une commission de contrôle, ou, tout du moins qu'on impose la fourniture des pièces justificatives et un contrôle des présences. Je me souviens d'avoir lu quelque part cette réplique d'Alekos Panagulis* face à la richesse d'un leader : "Tant mieux! Comme ça il ne vole pas, il n'a pas besoin de voler". Il semble, au contraire, que l'appétit vienne en mangeant, comme dit le proverbe. *Alekos Panagulis : héros et poète de la résistance grecque contre le régime des colonels instauré par un coup d'état en 1967.

Ecrit par ImpasseSud, le Mercredi 16 Juin 2004, 13:42 dans la rubrique "Actualité".