Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Sacks Oliver, « L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau » (1985)

Pertes, excès, transports, nous sommes au sein du monde des maladies neurologiques les plus bizarres. Une galerie de personnages uniques où on peut rencontrer un marin perdu, Ray aux mille tics, un artiste autistique, un mélomane encyclopédique, des patients se tordent de rire face aux mimiques mal cachées du discours d’un président, etc. Des gens sans proprioception et tous les fantômes réels de l’esprit.

 

Je ne sais pas pourquoi j’avais dans l'idée qu’il s’agissait d’un livre drôle. A cause du titre ? Ou à cause d’une recension lue il y a quelques années, mais que je n’avais certainement pas bien comprise ? Au lieu de cela il s’agit des récits d’une série de cas cliniques extrêmes, racontés, non seulement avec une grande rigueur scientifique, mais également comme s’il s’agissait de fables romantiques traitant des Mille et une nuits. 

 

Oliver Sacks, neurologue new-yorkais a de grandes capacités d’écrivain et de dramaturge. Il parle d’un monde où la maladie mentale est un gouffre chaotique, un abîme infernal, un monde, cependant, où parfois la maladie elle-même est transcendée, remplacée paradoxalement par une nouvelle santé, un nouvel état mental sainement malade, bien réel, et qui va parfois largement au-delà des limites de la normalité. La traduction d’une tendance de la neurologie sur les pas de la "science romantique" de son maître, A.R. Lurija, où au-delà du corps, on s’intéresse de près à l’esprit et presque à l’âme, avec la plus grande douceur, la plus grande délicatesse qui soit.

 

« C’est un livre que je voudrais conseiller à tout le monde : médecins et malades, lecteurs de romans et de poésies, passionnés de psychologie et de métaphysique, vagabonds et sédentaires, réalistes et fantaisistes. La première muse de Sacks, c’est l’émerveillement face aux multiplicité de l’univers » (Pietro Citati)….

 

Et de ce monde de gens anormaux aux incroyables capacités, à l'insondable sensibilité, on a vraiment du mal à s'arracher.

 

Mots-clefs : , ,

Ecrit par ImpasseSud, le Mardi 7 Juin 2005, 15:02 dans la rubrique "J'ai lu".

Commentaires et Mises à jour :

alberto
07-06-05 à 15:18

"Et de ce monde de gens anormaux aux incroyables capacités, à l'insondable sensibilité, on a vraiment du mal à s'arracher." Grand coeur, impassesud !

 
ImpasseSud
07-06-05 à 16:27

Re:

Alberto, ton commentaire est hors de propos ;-). Ici, je parle du livre qui m'a fait découvrir un monde dont j'ignorais pratiquement tout, tellement surprenant, tellement attachant, qu'à la fin j'ai eu du mal à le refermer.


 
alberto
07-06-05 à 17:42

Re: Re:

Au temps pour moi ! Dommage !


 
Incognito
04-09-05 à 17:45

Lien croisé

Dans ma bulle : "Il semble que les liens HTML ne fonctionnent pas. "Ici", c'est donc : http://impassesud.joueb.com/news/506.shtml "

 
Incognito
04-12-05 à 19:28

Lien croisé

L’île de Ebb et Hoedic - C’est fort, la neuro : "Je confirme, le livre d’Oliver Sacks est vraiment beau, mais surtout très émouvant. Voir ici."

 
Incognito
03-04-07 à 15:29

Lien croisé

Insulaires - C’est fort, la neuro : " Je confirme, le livre d’Oliver Sacks est vraiment beau, mais surtout très émouvant. Voir ici." rel="nofollow"

 
Vande Velde
09-11-07 à 19:59

j'ai peur pour Mon petit frêre !!!!!

Mon petit frêre souffre du syndrôme de Gilles DE La Tourette et j'ai peur.
il fais des choses bizzares et j'en pleure
c'est le seul petit frêre que j'ai et je trouve ca injuste. Il ne peut l'avoir c'est impossible:'( tout le monde se moque de lui , dans la rue , au magasins et même a l'ecole. Je l'aime et j'ai peur pour lui