Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Vers la fin du droit d'asile ?

292Dans ce coin de la Méditerranée (cliquer sur la carte pour l'agrandir), à chaque barcasse ou zodiac en décomposition à la dérive entre Malte et Lampedusa (Italie), la partie de ping-pong recommence sur la peau des migrants à cause de la distribution des zones de contrôle SAR (Search & Rescue, carte ci-dessous), chaque pays essayant d'élargir la sienne de façon à pouvoir demander une majeure participation économique à l'Union Européenne, tout en faisant tout pour se décharger de l'accueil des migrants sur son voisin. Le fait est, cependant, que les zones de contrôle de Malte et de l'Italie sont partiellement superposées.


Hier, donc, après un nouvel échange de propos aigres entre Malte et l'Italie, les Gardes Côtes de la Marine militaire italiene ont fini, comme dans la plupart des cas, par porter secours à un total de 227 migrants, un bon nombre de femmes dont trois enceintes et 3 enfants, entassés sur trois barcasses en péril dans la zone maltaise mais plus proches de Lampedusa.

 

 

Cependant, ce qui change cette fois, c'est que, suite à une entente entre le Ministre de l'Intérieur italien, Roberto Maroni, et son homologue libyen, après avoir issés les malheureux à bord et les avoir restaurés, au lieu de rentrer à Lampedusa, les trois vedettes des Gardes Côtes ont, pour la première foismis directement le cap sur la Libye, sur Tripoli, sans prendre le temps de les identifier ou acte des demandes d'asile politique. Ici, il s'agit d'un refoulement généralisé en violation de la Convention relative au statut des réfugiés (Articles 32 et 33) ratifiée par l'Italie le 15 novembre 1954 et par Malte le 17 juin 1971, après son indépendance. Quant à la Libye, elle, elle ne l'a pas même signé.


Les gouvernements italiens et maltais se frottent les mains et se congratulent : auraient-ils trouvés "la" solution qu'ils cherchaient depuis longtemps ? Le premier présente même ce succès comme une mesure pour lutter contre le racket !? De quel racket parle-t-il ? De celui que des Italiens, en Italie, exercent au grand-jour sur des centaines de milliers de sans-papiers, du sud au nord, mais qu'il se garde bien d'aller déranger ? Mais le Haut-Commissariat aux droits de l'homme de l'ONU se dit très préoccupé : "Cet incident démontre un changement radical dans les politiques migratoires du gouvernement italien et est source d'une forte préoccupation. Il faut que le principe international de non-refoulement continue à être respecté intégralement."
Quant à Medici senza frontiera, ils dénoncent ce "comportement illégal qui porte atteinte au droit d'asile, en contraste avec les lois italiennes et internationales."

 

Aujourd'hui, en Italie, les médias racontent que les vedettes de la marine italienne seraient effectivement entrées dans le port de Tripoli. Mais dans cet unique pays européen où la liberté de presse n'est plus que partielle (1 -2), aucun journaliste n'ose se demander, à voix haute, quel sera le sort réservé à ces 227 personnes. Moi, je sais ce qui les attend car j'ai lu ce livre, ces reportages (1-2-3 ) et vu des vidéos très récentes (+ vidéo + 5 clips). Eux aussi le savent, parce que c'est de l'enfer qu'on y décrit qu'ils venaient. Et cela, je le trouve inacceptable, quel que soit l'angle sous lequel on examine la question. 

 


Mise à jour du 09.05.2009
: ici on peut trouver le récit (en it.) des marins qui ont été obligés d'exécuter les ordres reçus, et la honte qu'ils ont éprouvées. Etonnés par la longueur cette nouvelle traversée, ce n'est seulement qu'au lever du jour que leurs "passagers" se sont rendu compte qu'ils étaient en vue, non pas des lumières de Lampedusa, mais de celles de Tripoli. Après cinq jours en barcasses, sans nourriture ni eau en suffisance, certains avec des brûlures, ils n'ont pas eu la force de se révolter, mais au milieu des supplications et des pleurs un grand nombre d'entre eux a sombré dans le désespoir. A l'arrivée, ils étaient attendus par des militaires libyens. Les représentants de l'ONU et de la Croix-Rouge qui étaient présents n'ont rien pu faire. Les soldats ont séparé les femmes des hommes pour les emmener dans un "centre d'accueil" proche. Les marins ne savent rien de plus.
Cependant, un jeune Malien de 21 ans a réussi à échapper au refoulement parce qu'il a compris, avant les autres, quel était le cap des vedettes. S'étant caché sous une bâche, il n'a mis pied à terre qu'après que les marins, rentrés à Lampedusa, aient quitté les trois vedettes. On l'a trouvé alors qu'il errait dans les rues de Lampedusa et, après qu'il ait raconté son histoire, il a été accompagné dans un centre. Lui au moins, il aura la possibilité et le temps de faire sa demande d'asile.

 

Hier soir, dans les brèves qui défilent au bas du petit écran, une chaîne signalait qu'une nouvelle barcasse avec 80 migrants avait été secourue par la marine militaire italienne qui, cette fois, ne les a pas refoulés vers la Libye, mais débarqués à Porto Empedocle en Sicile. Comme quoi, face à une injustice flagrante il est bon de parler, de s'indigner, même si le vent est contraire. Statistiquement parlant, hier, au cour d'une émission, j'ai entendu un ministre confirmer qu'en 2008, l'Italie a accordé le droit d'asile à 50% des personnes arrivées de façon irrégulière. La moitié des 227 passagers des trois barcasses aurait pu avoir une possibilité.

 

Mots-clefs : , , , , ,

Ecrit par ImpasseSud, le Jeudi 7 Mai 2009, 19:04 dans la rubrique "Actualité".

Commentaires et Mises à jour :

ImpasseSud
08-05-09 à 13:57

Deux cris dans le désert ...

Celui des témoignages recueillis par Francesco Viviano, correspondant permanent du quotidien La Repubblica à Lampedusa : "Vous les avez renvoyés au massacre. Dans ces lagers [libyens] on viole et on torture" (en it.)

Celui de Peacereporter, petit quotidien on line né de Misna (Agence de presse missionnaire) et d'Emergency (organisation humanitaire qui soigne les victimes de la guerre et de la pauvreté) : "E adesso cosa accadrà loro" . Il renvoit, d'une part au site de FORTRESS EUROPE qui s'occupe de tous les migrants qui essaient d'arriver en Europe, et met en évidence la précédente condamnation de l'Italie par le Parlement européen en date du 14 mai 2005 pour ses expulsions massives (le texte en français) et raconte comment le Conseil de l'Europe, le 10 mai 2005 réussit à bloquer des expulsions.
Fortress Europe pose deux questions importantes :
"Qu'en sera-t-il du principe du secours en mer, si la priorité n'est plus la vie des naufragés, mais les négociations pour savoir où les débarquer ?"
"Qu'en sera-t-il des migrants refoulés en Libye ?"
et ajoute à son article de très nombreux récits, en français et plusieurs autres langues, à propos de ce qui se passe en Libye et qui, par conséquent, attend les personnes qui viennent d'être refoulées.


 
ImpasseSud
08-05-09 à 18:07

Le Vatican se réveille

"Le refoulement des clandestins vers la Libye a violé les normes internationales sur le droits des réfugiés", a déclaré Mgr. Agostino Marchetto, secrétaire du Pontificio Consiglio per i Migranti e gli Itineranti.
Après avoir rappeler les normes de Convention relative au statut des réfugiés qui fait de tout migrant un "demandeur d'asile présumé", il a jouté : Je comprends que le mélange des flux actuels complique les choses même pour les gouvernants, mais de toute façon il faut rendre opératives les normes en accord et plusieurs fois confirmées dans les sièges internationaux."
A propos du projet de loi en cours qui transforme les sans-papiers en "coupables d'un délit criminel", il a répété que la législation italienne en matière de migration a commis un "péché originel", représenté par la volonté de "criminaliser les immigrants irrégliers" qui place les citoyens face à une réalité à propos de laquelle ils doivent émettre un jugement".
"Chacun a le devoir d'assumer ses propres responsabilités. (...) Pour évaluer la solution à un problème, il ne suffit de vérifier qu'elle est efficace, il faut aussi se demander si elle est juste".
Da La Repubblica Treduction de l'italien par ImpasseSud


 
ImpasseSud
10-05-09 à 12:41

Ça continue.. Les dessous de cette sale affaire et ceux qu'elle engraisse

A lire : Immigrati, Maroni insiste sulla linea dura. Il premier: "No all'Italia multietnica"

Secondo respingimento in acque internazionali al largo di Lampedusa

Sull'imbarcazione scortata dai militari italiani ci sono 42 donne e due neonati

Altri 162 migranti riportati in Libia.  La Lega esulta: "Facciamo proseliti"

 

162 hier, 240 ce matin. Ici, il s'agit de citoyens des pays subsahariens que la Libye laisse entrer sur son territoire au sud, pour complaire à la France qui ne veut pas de la guerre des Touareg au Niger qui entrave le commerce de l'uranium (1-2). Ensuite la Libye laisse que cette nouvelle vague s'embarquent clandestinement vers l'Europe, et maintenant elle les reprend s'ils ne coulent pas. A quel prix ?
L'Italie de Berlusconi et de la Lega del Nord se déchaîne, se rengorge, exulte, se font les paladins de la "race", mais oublient de dire que Berlusconi a signé un accord bilatéral de 5 milliards de dollars avec Ghedaffi, qui comprend le remboursement d'une dette d'occupation, la possibilité d'exploiter gaz et pétrole en Libye, et le blocage de l'immigration clandestine. Ghedaffi ne respecte pas des engagements, peu importe l'Italie paiera un peu plus pour pouvoir la refouler... Tous cela sur le dos des contribuables d'aujourd'hui et de ceux de demain. Toujours le même bluffe. Mais de toute façon, ceux qui votent pour Berlusconi ou pour la Ligue y croiraient-ils ?


Dans cette sale affaire, on se retrouve aussi face aux causes de la faiblesse de l'ONU : la Libye sera le prochain pays président de son Assemblée générale.

 


 
ImpasseSud
11-05-09 à 17:43

Le Conseil de l'Europe intervient... maia accuse aussi le silence de l'UE

... par la bouche de Thomas Hammarberg, le commissaire aux Droits de l'Homme du Conseil de l'Europe.
"Refouler les immigrants clandestins directement en Libye est une initiative extrêmement triste, parce qu'elle mine la possiblité de chaque être humain de fuir les répression et la violence en demandant le droit d'asile."
"L'initiative italienne viole le droit de chaque être humain d'obtenir l'asile politique. J'espère que l'Italie va interrompre cette politique."
Il se déclare "totalement d'accord avec les postions exprimées par le Vatican, et trouve que la stratégie du gouvernement Italien est une mauvaise solution. Les étrangers qui rejoignent l'Italie doivent avoir une possibilité d'obtenir le droit d'asile. Pour l'instant, en Italie, tout cela devient impossible.... Je crois que le Ministre de l'intérieur, Roberto Maroni, agit de cette manière parce qu'à Bruxelles, il n'a trouvé que le silence de l'UE. L'UE doit elle aussi avoir un comportement plus responsable et plus sérieux, en se mettant à l'écoute des pays comme l'Italie et Malte qui, au nom de l'UE, doivent affronter ce défi. J'espère vraiment que l'UE fournisse plus d'aide à l'Italie".
N'est pas ce que j'écrivais ici ?

Le Président de la Chambre des députés, Gianfranco Fini, se démarque une fois de plus de Berlusconi qui, suite au premier refoulement, a donné raison à la Ligue du Nord, en disant qu'il ne voulait pas d'une Italie multiethnique. Au cours de sa visite en Algérie il a déclaré : "Je ne crois pas que vouloir ou ne pas vouloir une société multiethnique ait un sens. C'est une question de démographie. En Italie et dans le reste de l'UE, le nombre des étrangers a augmenté, et il est destiné augmenter encore pour des raisons démographiques. C'est pour cela qu'une politique à long terme en matière d'immigration doit absolument se baser une garantie de securité et légalité, mais aussi sur une forte coopération internationale".

Sources

En attendant pour les occupants des barcasses en mer, il s'agit d'une loterie honteuse. S'ils tirent le bon numéro, on leurs porte secours et on les débarque en Italie vers des centres de premier accueil qui laissent souvent à désirer(ce qui ne signifie pas qu'on leur reconaîtra le droit d'asile). S'ils tirent un mauvais numéro, soit ils finissent au fond de la mer, soit ils sont refoulés en Libye, car après l'épisode de la Pinar, bloquée quatre jours en mer durant la partie de ping-pong entre Malte et l'Italie, aucun navire marchand ne prendra plus le risque de leur porter secours.


 
sarah-k
13-05-09 à 07:20

Merci, Impasse pour ces articles et ce travail.
D'une grande tristesse...

 
ImpasseSud
13-05-09 à 08:00

Re:

Sarah, ce travail-là, je le fais plus que volontiers ! Car je crains bien qu'on commence à faire tomber le silence sur les nouvelles arrivées.
Une toute petite bonne nouvelle du côté français. Joseph pourra passer son bac vidéo

 
ImpasseSud
15-05-09 à 17:14

L'Italie rénove l'arsenal de la marine militaire libyenne ?

... en lui offrant 3 nouvelles motovedettes qui devraient devenir 6 dans les semaines à venir.

Il est intéressant de savoir qu'en 2006, l'Italie avait déjà fait cadeau à la Libye de 2 + 2 = 4 motovedettes avec les technologies les plus sophistiquées, soi disant pour l'aider à contrôler le départ des barcasses de migrants depuis ses côtes.

Pourquoi donc la Libye devrait-elle commencer à interpeller les barcasses de migrants, si l'Italie est apparemment prête à renouveler toute sa flotte ?