Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Tremblement de terre à L’Aquila (18) : Après une longue mise sous tutelle, les Aquilani reprennent possession de leur ville que le gouvernement laisse mourir
--> La naissance du Peuple des brouettes

Vivre un tremblement de terre, c’est quelque chose de terrible, mais la période d’urgence passée, celle où tout le monde s’apitoie et envoie des secours, celle des défilés des VIP et des grandes promesses, on oublie bien vite que, pour les rescapés, les sinistrés, le plus dur vient seulement de commencer. Inutile de dire que j’en perds le souffle en pensant à ce qui attend les habitants d’Haïti et ceux du Chili, terriblement frappés les 12 janvier et 27 février, et à qui vont tous mes sentiments de solidarité. Mais à L’Aquila, se demande-t-on tout à coup, à quel point en est-on, à près de 11 mois du séisme du 6 avril 2009 ?

 

Avant d’arriver au but de mon billet, cependant, je ne peux pas ne pas dresser, même brièvement, un bilan sommaire, mais qui ignorera, volontairement (autrement je risque de m'étrangler), toutes les magouilles, passe-droits et mains basses, pots-aux-roses énormes, nauséabonds et révoltants qui, finalement, commencent à venir au grand jour. Reste à savoir si cela servira à quelque chose. Venons-en donc à l'état des faits.

 

Sur les quelque 65.000 sinistrés, au 31 janvier 2010, d’après ce qu’on peut lire ici, le gouvernement avait relogé environ 16.000 personnes entre les C.A.S.E. (« new-towns de Berlusconi», c’est-à-dire les HLM à 2.500 €/m2, tous meublés de façon identique, loin de tout et dont certains sont déjà dans cet état (à 2'52''), avec les égouts qui finissent directement dans les cours d'eau voisins), et les MAP, les maisonnettes en bois à 5/800€/m2. Sur les 19 « new-towns  » disséminées en périphérie, sans centre, commerces, tissu social ou liens entre elles, 3 sont encore en chantier, 166 appartements ne sont pas terminés, 213 sont encore à attribuer, et il manque toujours les centaines de préfabriqués en bois de la Protection civile. La construction de ces logements (tout comme celle des aménagements du G8), - il est bon de le rappeler -, s’étant faite presque uniquement avec le concours d’entreprises extérieures à la région. (1)

Même si on ajoute à cela tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont repris leur situation en main de façon autonome, et tous ceux qui ont été relogés grâce aux préfabiqués en bois fournies par d’autres régions ou associations italiennes, il y a encore 28.000 personnes « dispersées », provisoirement et aux frais des contribuables (55€/jour/personne), soit dans des hôtels ou résidences de la côte adriatique, parfois très loin de L’Aquila, soit chez des parents ou amis, soit dans des casernes, soit dans des appartements provisoires. Et on vient juste d’annoncer une nouvelle « déportation » vers un autre « ailleurs provisoire » à ceux qu’on avait mis dans les casernes, pour laisser la place aux étudiants qui, eux, ont honte de les déloger.

Ceux dont les logements ont été classé A (dégats mineurs), B et C (exempts de dommages structurels) attendent encore les financements promis par le gouvernement pour leur permettre d’entreprendre les travaux de réparation, sans lesquels, faute d’autorisation ils ne peuvent ni rentrer chez eux, ni refaire la demande de fourniture d’électricité, gaz et autre. Entre flou, bureaucratie démentielle et fonds peut-être inexistants, peut-être qu'au printemps...

Ce qui implique la paralysie économique de la région (moins de 30% des activités commerciales a rouvert), la scission des familles pour des raisons de travail, 4 heures de trajet par jour pour bon nombre des enfants inscrits dans les écoles de L’Aquila, une circulation continuellement engorgée, et la désagrégation d’une population qui ne s'y retrouve pas, etc…

Un gestion assurément douteuse...
Pendant ce temps-là, dépouillée de ses habitants, inaccessible, verrouillée, gardée par les forces de l’ordre, plus dégradée qu’au lendemain du 6 avril, L’Aquila, silencieuse, que personne n’a débarrassé de ses gravats mais qu'on a étayée outre-mesure, souvent sans raison, continue à se fissurer et à s’écrouler sous le poids des intempéries et de l'abandon.


Le but de mon billet, c'est celui de faire partager la joie et le regain d’espoir des Aquilani, qui dans ce climat de narcose, de corruption et de conformisme qui asphyxie désormais le pays ("La face noire de l'Italie"), se sont finalement réveillés, reprennent leur ville en main, sous l’impulsion de plusieurs petits groupes, associations de « résistants à la mise sous tutelle », décidés, courageux, qui, dès la première heure, se sont opposés aux abus de la Protection Civile qui, proclamée souveraine et au-dessus de la loi, avait décidé de les en déposséder.

Le déclic s'est produit suite à la publication, début février, d’une conversation téléphonique sous écoute, entre deux entrepreneurs proches du pouvoir : le 6 avril 2009 au matin, à la nouvelle du tremblement de terre, on les entend rire en se réjouissant des bonnes affaires en vue, sur lesquelles « il faut sauter, car un tremblement de terre, y’en a pas tous les jours ».

Le dimanche 14 février, un groupe de 400 résistants a décidé de forcer les barrages pour rompre le silence des médias et aller crier, sur les gravats de la ville endormie, qu’eux, le 6 avril à 3 heures 32, ils ne riaient pas. (vidéo)

Le dimanche 21, ils étaient 1.000 à forcer les barrières, les clefs de leurs anciens appartements à la main, pour les attacher aux grilles, avant de découvrir, pour la première fois pour la plupart, toute l'étendue du désastre, ... encore intact. (vidéo)

Le dimanche 28 février, malgré les pressions énervantes exercées pendant toute la semaine sur le groupe organisateur, avec tentatives de boycottage, instrumentalisation, scepticismes, accaparement, et annonce de la multiplication des forces de police (antiémeutes !), les Aquilani et sympathisants, ceux de la côte, ceux des casernes, ceux  des new-towns, de tous les âges sont prêts à forcer les barrages : au moins 4.000 personnes (selon la police, 6.000 selon Euronews), avec des seaux, des pelles et des brouettes, pour commencer le déblaiement qu'ils attendent depuis des mois, qu'aucune administration n'a encore programmée : une  chaîne humaine si chaleureuse, où finalement les gens sourient.

Et dimanche prochain ?

 

Pouvais-je passer tout cela sous silence? Comme je suis fière de tous ces gens-là !!!

 


P.S. J'invite ceux qui voudraient en savoir plus à visiter le site de Miss Kappa, une résistante courageuse, à qui j'ai emprunté quelques photos et certaines vidéos. Et pour ceux qui comprennent l'italien, cette vidéo passée sur la chaîne de TV RAI3 le 21 février 2010 fait un bel historique de la situation, d'octobre 2009 au 21 février.

 

(1) A ce propos, il est intéressant de savoir que, tandis que quelques jours après les dégâts de la tempête Xynthia, le gouvernement français a annoncé le versement de 10.000 € aux PME, ici, en Italie, les PME de L’Aquila ont eu droit à 800,00 € pendant 3 mois !

 

Tous mes billets sur le Tremblement de terre du 6 avril 2009 à L'Aquila 

1 : Jour de Pâques... qui suit le tremblement de terre de L'Aquila

2 : Les risques de la reconstruction

3 : Les lieux communs

4 : Avant et après

5 : Sur la scène et dans les coulisses

6 : L'éclosion des petits malins

7 : La parole aux blogueurs

8 : Là aussi on vote... malgré tout

9 : Ce qu'aucun JT italien ne raconte

10 : Les Aquilani en colère vont protester à Rome
11 : A trois mois du séisme vers le Sommet du G8

12 : La parade du G8 à son apogée et les réponses des Aquilani

13 : L'erreur d'Obama

14 : Les Aquilani plus isolés que jamais

15 : Vu de loin

16 : La grande confusion

17 : 6 mois après, cahin-caha, mais toujours en dépit du bon sens

19 : Manoeuvres électorales sur Wikipédia
20 : Un dimanche après l'autre et à la barbe des instrumentalisations, le tissu social de la ville se reconstitue

21 : 1 an après !
22 : Un an après, le bilan

23 : Deux films qui racontent l'horrible réalité du post-séisme
24 : Vers une Union européenne de sinistrés ?

25 : 15 mois après, les Aquilani sont toujours sinistrés, abandonnés leur sort et... matraqués

26, 27, etc... toute la suite ici
Mots-clefs : , , Internet, , , , , ,

Ecrit par ImpasseSud, le Lundi 1 Mars 2010, 17:34 dans la rubrique "Actualité".

Commentaires et Mises à jour :

sarah-k
02-03-10 à 15:05

Je trouve que l'article du Monde :" la face noire de l'Italie" est terrible.
Merci pour ton article, ici, on n'a pas de nouvelle de cet après catastrophe.

 
ImpasseSud
02-03-10 à 21:24

Re:

Je suis contente que tu aies lu l'article. Quand je te disais qu'ici on avait une grande mesure d'avance... En vue des élections régionales de fin mars, on vient même de décréter l'interruption pendant tout le mois de mars des quelques émissions d'information politique qu'il restait, sur toutes les chaînes. Sans vouloir parler ici de tous les autres tours de vis qui nous pendent au nez.
Pour en revenir aux suites du tremblement de terre de L'Aquila, Euronews en parle de temps en temps. Vu qu'ici il faut s'y attendre, avant j'apréhendais le jour où ça se produira. Maintenant, je suis terrorisée par la cruauté et l'inhumanité des suites mal gérées. Quand je pense que le grand chef de la Protection civile a eu le culot de déclarer, lors de sa visite-éclair à Haïti, que l'organisation des premiers secours américains y était "pathétique" (créant un incident diplomatique). C'était peut-être vrai, mais quand on a nié l'évidence des risques pendant les trois mois de secousses qui ont précédé le 6 avril, quand on voit L'Aquila 11 mois après et les énormes retards du côté relogement et reprise économique, y a-t-il de quoi être fier, en Europe occidentale qui plus est ?

 
PierreDesiles
10-03-10 à 20:16

Re:

Bonsoir ImpasseSud

     Je te sens très affectée par cet événement survenu à Aquila et surtout sur la gestion du gouvernement. J'aurai pensé la même chose à ta place. Plus je prends de la bouteille, plus je constate la continuité dans le comportement humain avec toujours le désir de gagner plus dans tous les domaines. On vole au secours des banques qui ont mal joué avec notre argent et on traîne les pieds pour s'occuper des citoyens qui ont alimenté ces mêmes banques et mis en place les politiciens. L'argent est le nerf de la guerre, et cela est prouvé constamment. Le pouvoir politique, le pouvoir économique, le pouvoir dans le sport, le pouvoir dans les entreprises etc...L'homme n'a pas changé d'un iota sa façon de vivre en macho possessif.

     Moi aussi je suis fatigué de voir que le monde se voile la face et occulte tous les problèmes pour laisser croire que le G7 8 ou 16 contrôle le monde pour parfaire les équilibres. Les peuples sont toujours en souffrance pendant que les milliards en bourse font le tour de la planète où certains se servent à la louche !

     Pour Aquila, ça me rappelle mon enfance en région parisienne où de nombreuses personnes réfugiées d"après guerre 45, habitaient des citées d'urgences. Urgence jusqu'à la fin des années soixante !

     Comme tu dis, on réagit sous le coup de l'émotion provoqué par les médias, et après on oublie...aussi par l'absence des médias! Entre temps les autorités font de beau discours et distribue des promesses. On a un pont qui s'est effondré ici à la Réunion en 2007, trois ans après on attend toujours !  Pourtant cela devait être fait dans l'année suivante ! http://pagesperso-orange.fr/alain.martel/sortie00_0702gamede.htm

   J'espère que tu n'étais pas à Aquila ni ta famille, mais je partage ta colère ImpasseSud.

Je suis en train de télécharger la vidéo de ton article pour la visionner sans coupure.

Amicalement

Pierre


 
ImpasseSud
11-03-10 à 16:11

Re:

Cher Pierre,
tu ne peux pas savoir combien ton commentaire me réchauffe le coeur, car contrairement aux premiers temps de CTC puis de ton joueb, mon chemin virtuel croise de plus en plus rarement celui de personnes qui sont sur la même longueur d'onde que moi.

Non, je n'habite pas à L'Aquila et je n'ai pas été touchée personnellement, mais en Italie, terre à forts risques sismiques, tout comme des milliers de personnes je pourrais l'être dans 5 minutes, dans 1 heure ou cette nuit, m'en sortir indemne mais ayant perdu ceux qui me sont chers, tout ce que je possède, ou mourir sous le poids des décombres, enterrée vivante ou mutilée à vie comme en Haïti.
En somme, cette terrible épée de Damoclès concerne tout le monde. Mais l'ensemble de la population reste inerme : qu'on laisse les gens dans le désarroi, sans logements, sans travail, dans le vague pour la reconstruction (merci pour ton lien, éloquent là aussi); qu'on vole le travail de ceux à qui il fournit juste de quoi vivre et ensuite qu'on les traite comme des demeurés; qu'on demande aux retraités qui font bouillir bien des marmites de se serrer la ceinture pour rembourser les riches et les banques; qu'on mette sous les yeux de tous les méfaits de la corruption et de la spéculation, les pots-aux-roses les plus sordides; que du haut de leur gros salaires et avantages, les élus obligent leurs électeurs à se débrouiller seuls n'émeut apparemment pas grand monde, ne choque pas, ne génère aucune réaction. Au contraire, les plus hardis vont jusqu'à demander à ces malheureux-là, à ces "ingrats", de se taire ????! Comment est-ce possible ?!!!! Mais quel espèce de monde occidental est-ce là !?? Moi, je ne le reconnais plus.

Les catastrophes naturelles existent, mais la différence au niveau des victimes et des dégats, c'est la prévention qui la fait : d'une part du côté de la bonne qualité des constructions (emplacement, maintenance, matériaux), et de l'autre du côté de la prise de conscience des populations à travers l'éducation aux réflexes. Le nombre relativement faible de morts (500 ?)après le séisme du 27 février au Chili (8,8 de magnitude sur 500 kms de côtes + tsunami) n'en est-il pas la démonstration ?
Tout cela, Pierre, tu le sais aussi bien que moi, vu que tu habites sur une terre balayée par les ouragans.
Les morts de Xynthia, pour prendre un exemple français récent, sont dus avant tout au manque de maintenance d'une digue préexistante (comme pour Katrina) et à la spéculation immobilière.

Moi je pense que quand une catastrophe naturelle fait plus de morts qu'elle n'aurait dû, tout un chacun devrait se poser des questions. Et ces questions, l'ensemble de la population du pays touché devrait aller les poser à ses gouvernements, à ses administrations et à ses hommes politiques. Et c'est exactement ce qu'est en train de faire une partie des Aquilani dont il y a vraiment de quoi être fiers. Des citoyens comme eux, il en faudrait des millions. Cela nous sortirait peut-être finalement du marasme actuel, nous redonnant un peu d'espoir.


 
PierreDesiles
11-03-10 à 19:08

Re:

Chère ImpasseSud

     Même si je ne viens pas souvent sur ton Joueb, je sais qu'il est présent. C'est pour moi une référence à un morceau de vie partagée entre toi et moi, par Web interposé.

     J'ai regardé la vidéo et des frissons m'ont parcouru par cette émotion qu'il s'en dégage. J'ai réussi à me fondre dans la foule pour prendre quelques sceaux...Je fait parti de ces gens qui trouvent normal d'aider son prochain au jour le jour, car les petites rivières font grossir les fleuves etc... c'est cela la vraie chaîne humaine. Malheureusement, elle est souvent brisée par quelques ahuris, avides de pouvoir et hermétiques à la misère du monde, mais qui crient au secours dès que ça les touche !

Bravo en tout cas, à tous ces rescapés, et autres gens solidaires à cette démonstration de reconstruction, qui sonne comme une claque politique au pouvoir en place, aveugle et incompétent.

Même si je vis au soleil (33° en ce moment) je suis touché par tout ce qui arrive sur notre planète et qui frappe souvent les populations qu'on laisse s'entassés dans des zones interdites, contrairement aux riches qui occupent toujours les endroits tranquille.

Ici, nous vivons maintenant au jour le jour et remerçions N S pour nous laisser apprécier son eden. Je sais que tu n'aimes pas que je dise cela, mais ce serait trop long à t'expliquer, pourquoi, ma croyance s'est renforcée au fil du temps.

Tu parlais des catastrophes naturelles. Ici aussi on a la preuve que souvent ce sont les insconcients qui laissent leur vie. Il y a eut 3 morts et une disparue lors des dernières pluies sur la Réunion. Météo France Réunion avait émis des avis de fortes pluies, d'orages, de vent et de houle, avec tous les conseils qui vont avec. Ce groupe de personne n'en a pas tenu compte et ont été pris par la furie des eaux de ravine car ils faisaient du canyoning. Les 3 corps ont été retrouvé à 27kms en aval à 300m de l'océan, la 4ème est certainement en mer, mangée par les requins. http://www.france-info.com/france-regions-2010-03-06-accident-de-canyoning-trois-morts-un-disparu-a-la-reunion-414136-9-13.html

C'est la même chose pour les cyclones, le volcan, les radiers en crue où certains passent avec leur voiture pour périr dans le fond de la rivière etc...La même chose se produit chez vous sur les pentes hors pistes emportés par des avalanches...

On a beau dire, on a beau faire, il y aura toujours des inconscients.

Désolé d'avoir été si long.

à bientôt ImpasseSud :)


 
ImpasseSud
12-03-10 à 00:05

Re:

A ton post, Pierre, je répondrai juste deux ou trois petites choses :

1) en Italie, pour l'instant, je ne sais pas si le pouvoir est simplement aveugle et incompétent. A mon avis, ça va bien au delà. Occupé d'une part à complaire au "sire" dépravé en place, il fait passer toutes ses lois inégalitaires, ad personam, et de l'autre, afin de rester en selle, il met la question de confiance au Parlement (dont les élus ne sont plus élus par le peuple mais désignés par les partis auxquels ils doivent rendre compte) presque systématiquement sur un nombre infini de projets de loi incomplets, baclés, néfastes, dans une totale indifférence face aux besoins réels du pays et une totale déconnexion de la population.

2) Tu le sais déjà, je m'intéresse tout autant que toi à tout ce qui se passe dans le monde et nos réactions sont plus ou moins les mêmes. Idem à propos de cette sensation, relativement nouvelle, de vivre au jour le jour. Tout comme toi, cependant, j'éprouve moi aussi un sentiment de reconnaissance chaque soir, quand ma famille et moi même avons traversé la journée sans problèmes majeurs. Reconnaissance envers quoi, envers qui, ou peut-être reconnaissance tout court, cela a-t-il une réelle importance ?

3) Notre société actuelle s'est monstrueusement individualisée, mais je pense qu'il est essentiel de faire une grosse distinction entre un individu ou un petit groupe d'individus qui, par égoïsme, prend des risques idiots pour soi-même (en mettant à risques d'autres personnes dans un contexte d'irresponsabilité), et le mépris ou l'ignorance des lois érigé en système, soit au nom de l'urgence, soit par convenance personnelle, soit pour favoriser le clientélisme, car là, il s'agit de rien de moins que d'une atteinte à la démocratie. Et ici, la mesure d'avance est assez inquiétante. 

Comme tu l'auras certainement constaté, mon blog est presque au repos, mais je dois dire que des commentaires comme les tiens, Pierre, font partie de ceux qui pourraient me donner l'envie de retourner un peu plus souvent à mon clavier. :-)